Le sapin de Paul Mac Carthy a été dégradé pendant la nuit

4223523_sapin-new_640x280L’artiste Paul Mac Carthy avait installé son œuvre sur la place Vendôme. On en pense ce que l’on voudra, l’art possède un intérêt dans la société. Hélas, l’obsession sexuelle de l’extrême droite radicale entre autre et d’autres personnes a dépassé les bornes des limites. Le Printemps Français y a vu une forme d’humiliation pour la Capitale. L’imagination et l’ingéniosité sont essentielle pour notre société, certaines œuvres font régulièrement polémique. Mais, il faut comprendre l’utilité de l’art avant tout, puisque l’art est sensé créer une certaine émotion vis-à-vis de la personne qui la regarde, lui créer un choc, un sentiment. Chacun peut voir une œuvre de façon différente, j’en conviens tout à fait.

Hier, l’artiste américain avait été agressé physiquement et verbalement. L’intolérance et le mépris fonctionne très bien, je ne sais pas ce qu’en pense Jésus de tout cela, mais il certains qu’ils n’ont point lu la Bible ou qu’ils ne l’ont pas comprise. Le respect des autres est pourtant une des valeurs phares qui est promus dans les évangiles, je dis ça pour certains, mais loin de toute religion, le respect mutuel est une des valeurs essentiels de notre République, elle est fait la force.

Mais, cette histoire est allée encore plus loin, puisque son œuvre gonflable a été dégradée dans la nuit. La liberté des artistes est importante lorsqu’elles n’incitent point à la haine de l’autre (sur la question ethnique, religieuse, etc.). Pour ceux qui n’ont pas apprécié l’œuvre, on peut le comprendre, on ne peut pas tout apprécier, mais de la à saccager l’œuvre, je dis non. Ensuite, en faire une critique est autre chose.

Ces mouvements sont loin d’être dans la critique constructive et fondée sur le fond, c’est une manière de mettre en avant un peu plus la jolie société conservatrice dans laquelle ils voudraient vivre où les artistes n’auraient plus le droit d’agir, plus le droit de s’exprimer, et que tout cela soit soumis aux mœurs traditionalistes.

0:00
0:00