Quand Valeurs Actuelles souhaite que le PCF change de nom

VA Poubelle saperlipopetteCe magazine d’extrême droite n’est plus à quelques absurdités près, dans la lancée contre la gauche pour défendre des idées nationalistes, tout est permis. Certains diront que c’est un torchon, ma foi un torchon c’est quand même propre. VA est un chiffon brun. Je vais perdre mon temps, mais il me semble qu’une mise au point sur mon blog me parait nécessaire. Son article sort à un moment où tout les partis ont une intention de changer leur nom sans changer leur politique de fond, comme un ravalement de façade.

Eric Brunet pose la question dans sa son article de manière tout à fait franche, tout en s’adressant aux personnes les plus réactionnaires de notre société (quand on connait les personnes qui lisent ce torchon), de fait précis, il s’agit de faire du populisme, de faire jouer les sentiments des personnes et qu’ils y déversent tout et n’importe quoi sur les communistes sans y analyser la pensée communiste et la théorie communiste comme les écrits d’Engels et de Marx, les textes néo-marxistes comme ceux de Paul Boccara ou même s’intéresser aux textes des néo-keynésiens de gauche qui convergent sur un ensemble de points avec les néo-marxistes; tout en critiquant leur application dans l’époque moderne.

Je pose une question : serait-il exagérément réactionnaire de suggérer au PCF de changer de nom ?

Comme tous les nationalistes et autres amoureux du capitalisme, de l’exploitation de l’homme par l’homme et surtout anticommunistes primaires. En réalité, ce qui domine avant tout, c’est la volonté de défendre un système économique qui agit sous couvert de dogmes : la liberté d’entreprendre, la concurrence libre et non faussée, la politique de l’offre, etc. Ainsi nous avons l’argumentation suivante (elle n’a pas changé et reste sans fondement) :

Le communisme a tué quatre fois plus que le nazisme. Les purges massives n’avaient rien de fortuit : les Partis communistes au XXe siècle ont méthodiquement orchestré l’élimination de millions de personnes, par la faim, les camps, la pendaison, la torture, la mutilation, la noyade, les armes…

Mais, il y a un problème majeur dans tout cela le communisme n’a jamais existé sur cette planète, il n’y a jamais eu de société où l’état a été aboli. Donc, si le communisme n’a jamais existé, il n’a pu tuer 100 Millions de personnes (d’après le livre noir du communisme écrit avec des sources plus ou moins farfelues, les auteurs se tapent dessus à ce sujet). Ainsi, l’affirmation que le communisme est responsable des exactions des différents régimes, est tout simplement faux.

Ces phrases sont écrites sous l’œil du manque de culture, les pays en question était sous un régime de transition socialiste (pour certains et pas pour d’autres). Le but d’une révolution est d’arriver au socialisme puis au communisme, d’ailleurs en termes de nom c’était l’URSS et pas l’URCS, socialiste et pas communiste. Quand on ne connait pas les mots, le fondement, on se croit tout permis, se sent pousser des ailes, quitte à raconter des salades. C’est plus facile de faire du populisme de nos jours que d’entrer dans le fondement de l’argumentation.

Sur la question de la faim et des famines, il est très intéressant de voir l’action des grands agriculteurs qui ont baissé ainsi la quantité de production et l’ont caché à la population. La spéculation permettait donc de créer des pénuries. C’est un vieux mécanisme, il a été utilisé sous Salvador Allende ou actuellement sous le gouvernement de Maduro. Il faut chercher la cause avant de condamner.

Quant à la France, Eric Brunet a dû oublier ce qu’ont fait les communistes (français) pour le bien être de leur population : nationalisation SNCF, convention collectif,  sécurité sociale, etc.

Pourquoi des forfaits d’une telle ampleur ont-ils été “admis” en Europe alors que les crimes nazis ont été massivement rejetés ?

L’auteur essaie donc de faire une comparaison avec le nazisme. Pour autant; à ce que je sache, le nazisme était un régime capitaliste tout comme celui de Mussolini, de Franco, etc. Il est malin le bonhomme, il soutient en postant sur journal le capitalisme mais en rejetant sa forme très particulière. Anna Arendt a écrit un livre qui se nomme aux origines du totalitarisme dont la critique majeure de cette œuvre réside dans la tentative de comparaison entre le stalinisme et le nazisme. En tout état de cause, les crimes commis par le nazisme et le stalinisme n’ont pas les mêmes motivations, d’autant qu’il n’y a pas eu de génocide à travers le stalinisme, puisque qu’il n’y avait de volonté d’éliminer la population, les personnes sont décédés des conséquences des méthodes utilisées. Je crois surtout que les deux ne sont pas comparables. Ceux qui essaient de les comparer le font comme une discussion de comptoir. Toutefois, en tant que communiste, je condamne fortement le stalinisme et tout ce qui concerne l’idéologie rouge-brune qui fait une apologie malheureuse de l’époque stalinienne.

Aussi, j’en profite pour rappeler que Vladimir Poutine essaie d’empêcher l’association “Memorial” de faire son travail sur les horreurs de Staline, d’ailleurs elle est sur la sellette et devrait sauter, est-ce que VA défend cette association ? Évidemment non. Le discours ne tient donc plus la route. Bien que l’on peut y voir juste une citation à ce sujet. Le populisme se fout vraiment du monde et n’a pas pour volonté de chercher la vérité là où elle se trouve. Quant à Staline, lui-même, il faut quand même le dire, le PCF s’est décomplexé sur cette question et n’a pas de honte à affirmer ce qu’il en était. Il n’y a pas de tabou sur cette question, sur ce personnage, sur sa politique autant au sein de l’URSS, que sur le plan international.

Toutefois, nous devons regarder un peu aussi les crimes de masses commis en ce moment par ce dernier. Dans les années 2010’s on laisse ce charnier se faire avec un appui droit et ferme de ses massacres. L’Afrique et le néocolonialisme est un exemple qui peut parler à tout le monde. Plus anciennement, parce qu’il faut savoir faire un peu d’histoire parfois pour comprendre la logique mortifère du libéralisme, comme la guerre contre le Paraguay entre 1865 et 1870. Le libéralisme porte en lui la guerre et des crimes d’une grande ampleur, pourquoi ces gens l’acceptent ? Car les êtres humains selon la position sur l’ensemble du globe n’ont pas du tout la même valeur.

Pourtant, nous entrons dans un large paradoxe de cet article, parlons un peu du capitalisme, vu que c’est ce qu’il défend. Le capitalisme est un modèle économique et politique qui tend à écraser et à tuer le plus faible de manière directe ou indirecte, mais c’est surtout lui qui tue 1 personne tous les 4 secondes, des personnes meurent encore de faim sur notre globe alors qu’on a la possibilité de nourrir deux fois l’espèce humaine. ce chiffre ne prend pas en compte les différentes guerres en cours et les génocides dont le libéralisme en est coupable. Avec un petit calcul simple, on dépasse les 100 Millions de personnes tuées tous les 10-15 ans.

La spéculation financière de la bourse de Chicago est un des pires crimes que l’Humanité affronte tous les jours, toutes les heures, toutes les secondes dans l’indifférence totale. Quand on nous sort le livre noir du Communisme, je me demande toujours quand est-ce qu’on aura un livre noir du Capitalisme montrant toutes les exactions quotidiennes des libéraux de tous poils et surtout une analyse scientifique détaillée avec des sources irréprochables, ce qui n’est pas le cas du livre noir du communisme tant que les propres auteurs ne sont plus d’accord entre eux. Son manque intellectuel s’affirme plus grandissant que jamais, à savoir qu’est-ce que l’on considère comme communisme, et qu’est-ce que l’on ne considère pas comme du communisme. Tout comme on manque de repère sur la question de la droite et de la gauche, c’est pour cela que VA tend à désigner un gouvernement de droite comme un gouvernement de gauche.

Mais le fondement de cet article n’est pas de développer une qualité de raisonnement, si c’était le cas on aurait vu un article de plus de mille mots et pas 477, cela montre donc l’objectif même de l’article. En refusant l’analyse de fond, Eric Brunet fait une analyse de surface, c’est souvent le cas de ces personnes qui confondent les journalistes et les personnes qui sont journalisées. C’est un problème de fond, les uns sont opposés aux autres. C’est un débat au sein de notre société qui doit avoir lieu. Bon VA est un magazine d’opinion et idéologique, cela se comprend, cela lui laisse la liberté de faire des articles de pacotille.

Quant à changer de nom au PCF, ce monsieur a par ailleurs près de 20 ans de retard dans les débats internes du PCF, cela ne doit pas l’intéresser, tout comme la recherche de la vérité. Le mur de Berlin est tombé, il y a plein d’archives au PCF qui dénonçaient ce qu’il se passait dans différents pays qui appliquaient un socialisme autoritaire comme la RDA mais encourageaient l’accélération du processus socialiste, comme mettre en avant le bon et rejeter le mauvais.

Sur la question de la RDA, les allemands voulaient surtout la démocratie. On aurait aimé entendre Eric Brunet affirmer que la dictature du marché est une bonne chose et que son annexion par la RFA avec des lois qui doivent la loi du marché. Comment passer d’un régime autoritaire, à un autre régime autoritaire mais camouflé. En effet c’est bien le second qui se développe, l’autoritarisme libéral qui place les différents parlements sous la coupe de l’austérité et de la Troïka avec la règle d’or. Ou encore, on aurait aimé qu’il développe le cas du capitalisme grec, puisque ce dernier a largement influencer des politiques allemandes menés après l’annexion de la RDA sous un seul pays.

Le Rideau de Fer est tombé, mais le rideau du libéralisme s’est montré féroce, dure et sanguinaire comme démontre la baisse de l’espérance de vie en Ex-RDA. Un vaste rideau invisible s’est posé dans la société, ce rideau est celui qui aspire la société vers le bas et l’augmentation assez draconienne des inégalités. Je ne parlais pas aussi du vaste rideau de fer qui se construit aux frontières de l’Europe (Grèce, Bulgarie, Espagne). Le mur de Berlin est tombé, mais il y a plus de murs qui ont été construits depuis en réalité  en grande partie par les libéraux.

Venons-en au programme du PCF, qui est un programme orienté vers la transition socialiste. Doit-on avoir honte de vouloir une réelle politique écologique (en route vers le bio tout en supprimant l’agrochimie et des pesticides) et la protection de l’environnement avec des mesures assez strictes sachant que la totalité des “pics” ressources sont dépassés ; le partage des richesses produites par les travailleurs avec la taxation des revenus financiers et la suppression des niches fiscales protégeant ces derniers, le partage du temps de travail ; un impôt juste, équitable et progressif sur quatorze tranches ; un Impôt progressif sur les sociétés (5 % pour les artisans, 10 pour les TPE, 20% pour PME/PMI, 33% pour les entreprises du CAC40 et les multinationales), une CSG progressif, une augmentation de tous les salaires ; des aides réelles et concrètes pour les artisans-PME/PMI-TPE, redonner les entreprises aux salariés sous forme de SCOP (je suis contre la nationalisation de manière générale) fermeture de la bourse, réquisition des banques, refus de payer la dette des banques et du marché financier, démocratiser l’ensemble de la société (Commune, Conseil général, conseil régional, assemblée nationale, lycée, entreprise), nationalisation des autoroutes.

Non, vu que c’est le projet totalement opposé à celui du néolibéralisme qui a débuté en 1973 sous la dictature d’un certain Général Auguste Pinochet soutenu par un certain Milton Friedman. Il est vrai que les communistes aspirent à une société radicalement différente de celle que peut proposer VA et autres journaux/Magazines/Revues libérales, c’est sûrement ce qui dérange ces gens-là.

Aujourd’hui, mieux vaut-être communiste ou anticapitaliste que capitaliste et libéral. Faudra-t-il supprimer le libéralisme ? Puis, entre nous, les déclinistes de la France veulent assister toujours plus la finance et VA est un journal aidé par l’état à hauteur de plus de 1 Million d’euros, la solidarité elle vient de la poche des personnes qui vivent sur notre territoire, même pour les magazines rances qui balancent n’importe quoi toute la journée et se passent de la déontologie du journalisme avec la protection des sources.

Toutefois, au vu de la faible analyse, je leur conseille d’essayer de travailler avec Johnny Blanc de RMC, ils ont les mêmes idées, la même conception du monde, ils doivent sûrement s’apprécier. Au moins, ils seront sur la même ligne idéologique. D’ailleurs Eric Brunet intervient sur RMC, il devrait mieux faire des émissions avec lui, entre personnes de la même idéologie, ils devraient s’aimer.

Enfin ne demandons pas trop à Valeurs Actuelles, dans une autre tribune il affirmait que l’anticommunisme est humanisme. Donc tuer 100 Millions de manière répétitive tous les  10-15 ans c’est faire preuve d’Humanisme, les morts de la rue pour Eric Brunet représentent de fond en comble la société qu’il défend. Cela n’étonnera personne que plus on libéralise, plus il y a de morts.

0:00
0:00