Violence policière

Les violences policières durant le projet de la Loi Travail ont été systématiquement raillé par les partisans d’un ordre fort et d’un état de combat. Ces derniers considéraient que les violences policières était légitimes, et même devaient s’intensifier.

La symbolique du sang et de la matraque, il ne s’agit que de la réalité à laquelle les opposants sont confrontés. On pourra le démontrer très facilement à travers quelques vidéos :

https://www.youtube.com/watch?v=CBuzy2-B-T4

ou encore :

Ou finalement ceci :

Autant dire qu’il ne s’agit pas d’une diffamation, puisque les images sont abondantes. La dénonciation des violences policières est devenues quotidienne avec la tentative de passage en force du Projet de loi El-Khomri.

Le SNJ a communiqué également sur le fait que des fonctionnaires de Police se déguisent en journalistes met en danger la presse et la vie des journalistes.

Cgtan4JW0AEMyaN

Pourtant, de nombreuses personnes s’offusquent de l’affiche. La CGT-Police s’est même dissociée de cela. En même temps au-delà du syndicalisme dans la Police, le grade importe peu, puisqu’il s’agit d’une corporation, donc l’avis syndical suit cette logique. S’il existe, l’IGPN, le caractère corporationniste fait que celle-ci n’est qu’une administration fantoche, puisque chez les flics tout le monde se protège.

Hélas, de nombreuses réactions politiciennes ont eu lieu dénonçant cette affiche comme une insulte vis-à-vis des forces de l’ordre :

je demande solennellement au ministre de l’Intérieur, @BCazeneuve, de déposer plainte contre la CGT. #FranceInfo pic.twitter.com/eNhuWMDe11

— Eric Ciotti (@ECiotti) 19 avril 2016

Finalement simple et en appelle même à un dépôt de plainte de la part du Ministre de l’Intérieur. On se rend compte une nouvelle fois de plus que du PS au FN, la ligne est identique. La jeunesse est considérée comme un objet dont sa révolte doit être soumise à déclaration tant que cela ne perturbe pas les intérêts des marchés financiers.

0:00
0:00