En ce moment

Titre

Artiste


Génération Identitaire : une dissolution en trompe l’oeil

Écrit par sur 14/02/2021

L’association Génération Identitaire vivrait ses dernières heures selon les différentes sources concordantes émanant de la presse traditionnelle. 

Une procédure lançant sa dissolution a été organisée par le pouvoir exécutif afin d’en finir avec ce groupuscule. L’ultradroite se réorganisera pour refonder une nouvelle association ou collectif afin de poursuivre sur sa lancée. La question majeure aboutie sur quel type d’organisation, Génération Identitaire est capable de basculer tout en sachant que l’association est le résultat elle-même d’une refonte après la dissolution d’Unité Radicale. Le mouvement a largement le choix en fonction des collectifs et associations d’extrême-droite. La dissolution va générer une restructuration de l’ensemble de l’extrême-droite. La disparition d’une organisation laissera le champ libre à d’autres organisations d’extrême-droite. Nous sommes désormais face à la limite qu’imposent ces décisions politiques, même si elles sont nécessaires.

La volonté de mener une politique ferme contre l’extrême-droite ou simple populisme, les faits sont désormais entre les mains du Conseil des Ministres. La proclamation d’une volonté de combattre l’extrême-droite par les outils législatifs permet d’accréditer la vision progressiste du parti majoritaire à l’Assemblée Nationale. Sous la précédente législature, Manuel Valls fier d’avoir dissous quelques groupuscules d’extrême-droit se pavanait avec un argument d’autorité selon lequel il était un rempart contre l’extrême-droite. Tordre le cou à quelques organisations d’ultradroite, mais reprendre le fond du programme ne permet pas de faire avancer les enjeux majeurs.

Dès lors, nous devons admettre que cette démonstration s’inscrit dans une volonté de générer un faux bras de fer avec l’extrême-droite pour mieux adapter son discours politique et mettre en place ses idées dans le champ juridique. Ainsi, l’attention que portent les progressistes dans cette bataille se réalise par une volonté de transformer la société vers le chemin amenant au progrès et non le darwinisme social promulgué par les tenants des partis néolibéraux. Les néosocialistes tout comme les néolibéraux ne sont que la face d’une même idée, mais pris sous un autre angle. Il existe une volonté de populisme pour vouloir dissoudre cette organisation. Les “castors” nous sortaient qu’ils étaient le rempart contre l’obscurantisme et l’ignorance.

Pourtant, la guerre des idées politiques nous démontre un peu plus chaque jour que le parti d’Emmanuel Macron s’enfonce progressivement vers une dérive droitière et une lepénisation avancée de ses idées politiques. Nous sommes face à un trompe l’œil. Les “castors” ont défendu une idéologie qui se dissout progressivement dans le néofascisme. Ce que Gérald Darmanin et Gérard Collomb ont réalisé en matière d’autorité, de sécurité et d’immigration, le Rassemblement National l’aurait fait de la même manière. L’approche aurait été différente, mais la finalité reste la même.

Quelques jours avant le débat entre Gérald Darmanin et Marine Le Pen, on apprend que celui-ci est passé par l’Action Française en faisant des camps d’été notamment. La question d’une politique rigoureuse contre l’extrême-droite demeure d’une certaine manière de se mobiliser contre tous les éléments qui forment le néofascisme. Aujourd’hui, nous allons vers une société bien plus droitière que peuvent penser les différents commentateurs. Ainsi, cela démontre qu’une dissolution sans combattre les sources de cette raison d’existence : la défense de la classe dominante, des libertés économiques et de la propriété privée, ne servira strictement à rien.

Il semble nécessaire d’admettre que le risque des dissolutions voulue par la droite autoproclamée républicaine s’inscrit également dans une volonté d’en découdre avec les groupuscules d’extrême-gauche. On peut dissoudre un collectif, une association, un parti politique, mais on ne peut dissoudre une idée politique. La volonté se situe dès lors sur le chemin de la bataille des idées tout en sachant que la bourgeoisie a déjà trouvé sa roue de secours en cas de crise politique.


0:00
0:00