Vers une réunification de l’Irlande ?

Vers une réunification de l’Irlande ?

L’Irlande fait de ces pays où la division s’est invitée dans l’étatisme. En effet, entre l’Eire et l’Ulster, un mariage peut renaitre. Ainsi, l’unification de l’Irlande permet d’avancer sur un objectif fondamental : la paix entre les peuples.

La Réunification de l’Irlande

L’Irlande a une histoire particulièrement compliquée avec le Royaume-Uni. Depuis l’indépendance de l’Irlande en 1921 au terme d’un long conflit avec la couronne, une partie de l’Irlande reste toujours sous la tutelle du Parlement de Loi de 1801. Ainsi, la bataille que mène le Sinn Féin pour rétablir l’ensemble de l’unification de l’Irlande apparaît comme l’aboutissement du processus de l’indépendance globale de l’Irlande. En effet, la position actuelle suite au Brexit tend manifestement à créer une instabilité de fond. De nombreux citoyens aspirent à une nouvelle ère au sein du Brexit. De ce fait, l’espoir renaît d’une certaine manière au travers d’une logique clairvoyante permettant de reconnaître l’Irlande comme un seul pays monolithique et non un pays divisé en deux comme en Corée ou à Chypre.

Dans le même temps, on parle sans cesse de la “révolution russe” dans les différents reportages, mais l’oubli majeur de la “révolution irlandaise” apparaît comme une volonté de laisser dans l’ombre une partie du martyr de nombreux Irlandais pour la cause de l’indépendance irlandaise. Ensuite, il apparaît très clairement au niveau de l’Histoire contemporaine que les événements en Irlande au début du siècle dernier s’inscrivent dans une logique assez claire : l’émancipation des peuples et le droit à l’autodétermination. Dans ces conditions, le fait qu’il n’existe quasiment pas de littérature à propos de la “révolution irlandaise” suggère l’effacement de la mémoire collective dans une période cruciale du siècle dernier au sein de l’Europe. Cela se caractérise également par la fin de l’unification des Etats-Nations au sein de l’Europe.

La question épineuse de l’autodétermination

La question de l’autodétermination des peuples se caractérise par une envolée vers l’indépendance et la souveraineté. Dans les conditions actuelles, le souverainisme reste une pierre angulaire pour les partisans de la sortie de l’Union Européenne et d’un retour à la moitié du siècle dernier. Pourtant, la réunification de l’Irlande se caractérise par la nécessité de mettre en place un référendum d’autodétermination. En effet, la dislocation du Royaume-Uni doit se réaliser dans le cadre du choix majoritaire des Anglais. C’est également cela le souverainisme. Les Anglais ont choisi de “quitter le navire”. Ils doivent en assumer les conséquences.

Toutefois, nous marchons sur “des œufs”. En effet, les partis populistes européens de toutes obédiences se servent du souverainisme pour sortir de l’Union Européenne. Dans ce cadre, il ne va pas sans dire que le choix d’unifier l’Irlande permet entre autres de bouleverser la donne du “Brexit”. Cela s’inscrit également dans le processus de l’Écosse, dont les aspirations à l’indépendance se font de plus en plus sentir.

Les problématiques juridiques concernant l’unification

La question d’un autre souverainisme peut apparaître dans le cadre de l’Union Européenne. La question dès lors du fédéralisme européen rejaillit. En effet, le fédéralisme tel qu’il est apprécié au sein des différents courants politiques se base sur une contradiction fondamentale. La question également du “nationalisme” pose problème. Ainsi, le “nationalisme ouvert” tout comme le “nationalisme républicain” apparaît dans des circonstances où l’Union Européenne doit faire face à ses propres dysfonctionnements internes.

Il ne pas sans dire que l’unification de l’Irlande générerait une question épineuse, notamment dans le fait que l’Irlande du Nord soit officiellement sortie de l’Union Européenne. Par ailleurs, le fait de se rattacher à son pays d’origine soulève des problématiques, dont les questions juridiques vont se soulever les unes après les autres. En cas d’unification de l’Irlande, l’Irlande du Nord reviendrait de facto au sein de l’Union Européenne. Cette entrée et cette sortie s’avèrent fondamentales, notamment dans l’organisation du Parlement Européen (en termes de sièges), mais aussi de la Commission Européenne.

Dans le cadre de l’unification entre l’Eire et l’Ultster, la question de l’organisation juridique du pays se trouve sur le modèle qu’il choisira, notamment à travers la gestion des cantons du Nord. Ainsi, l’idée de la réunification devra également soulever des discussions constitutionnelles. Dès lors, une nouvelle constitution pourrait aboutir dans ce cadre mettant en avant la question du fédéralisme. 

0:00
0:00