Chronique de l’arrière-boutique n°5 : Sous l’envers de la webradio

Chronique de l’arrière-boutique n°5 : Sous l’envers de la webradio
Photo by Markus Winkler on Unsplash

La webradio de Révolution et Libertés est le fruit d’un projet initié depuis pas mal de temps. Il mijotait progressivement dans les tiroirs du webzine. En effet, les podcasts ont été qu’une forme de tremplin visant entre autres à améliorer la qualité de la production.

À l’heure d’internet, on peut dire que nous avons cherché à trouver une ligne éditoriale et cela s’est transcrit dans les faits par la diffusion d’une vision entièrement alternative afin d’être complémentaire vis-à-vis des autres radios FM ou webradios militantes. Diffuser un streaming à l’ère d’internet, tout le monde en est capable grâce à l’aide de la communauté et des différents tutoriels. Toutefois, monter une webradio souligne également de pouvoir accéder à une vision assez large. Ainsi, il semblerait très humble de voir que nous avons eu pas mal de difficulté ces derniers temps afin de créer une webradio entièrement numérique avec des logiciels sur serveurs adéquats.

La webradio s’inscrit également dans une passion et une volonté de donner une information alternative par rapport aux médias affiliés au patronat et à la classe dominante. Depuis près de dix années déjà, nous informons, nous analysons, nous décortiquons les différentes sources afin de leur donner une grille de lecture au travers de « la lutte des classes ». Pour près de 1 000 articles rédigés entre les archives et le site actuel, nous en sommes venus à l’idée que le « temps doit être rentabilisé ». Nous ne pouvions plus faire ce que nous faisions auparavant puisque les lecteurs ne lisent plus les articles sur les réseaux sociaux, mais uniquement le titre et la description. Cette paresse intellectuelle se transcrit par des éléments que le travail réalisé ne permet pas de captiver le lecteur sans des « titres accrocheurs » souvent sans lien avec l’article. L’idée d’inciter les lecteurs à aller vers des articles trompeurs n’est pas notre devise.

Le capitalisme a réussi à faire que nous optimisons notre temps libre. Ainsi, le fait que nous étions parties sur une cadence de 220 à 240 articles concernant notre ancien webzine s’est transcrit par le passage également dans une Newsletter sous format PDF, mais aussi sous format image. En effet, nous avons décidé de relancer notre Newsletter dans un format allant de 4 à 8 pages selon l’actualité. Nous nous demandions si finalement, nous n’allons pas la transformer dans un magazine. En effet, nous décortiquons l’actualité comme un « mini-journal », au travers d’articles plus ou moins longs. Toutefois, on peut d’ores et déjà souligner que nous continuerons à produire du contenu scriptural, mais d’une façon moins intensive puisqu’ils n’auront que pour but de donner des éléments supplémentaires que ceux qui seront diffusés sur la webradio.

Dans le même temps, comme nous utilisons des flux pour notre webradio, nous recherchons des animateurs qui voudraient participer sur des créneaux libres dans la journée afin de pouvoir animer de façon décentraliser. Nous avons une vision audacieuse dans notre webradio : chaque animateur pourra gérer son émission, non pas depuis un studio classique, mais depuis chez lui disposant d’un minimum de matériel pour la diffusion. En ce qu’il concerne le flux, celui-ci lui sera directement attribué de façon individualisée.

Ainsi, nous utilisons quatre logiciels : butt et MB Recaster pour la diffusion du stream sur le serveur ainsi que deux logiciels d’automatisation : Libretime (qui nous permet d’éteindre nos consoles lorsque nous ne sommes pas en live) et RadioDJ. D’une certaine manière, nous avons fait le choix de rester le plus possible dans l’esprit du « monde libre ». Aujourd’hui, nous avons la capacité de pouvoir prendre ou ne pas prendre le direct sur notre antenne. Toutefois, ces solutions demeurent temporaires, puisque sur le logiciel d’automatisation de la webradio, nous aimerions investir dans un logiciel payant (certainement MB Studio) afin de pouvoir brancher l’ensemble de nos consoles (dont le format MIDI dessus) afin d’éviter d’entendre le bruit des touches du clavier.

Puis, il semble nécessaire de rappeler aux auditeurs et aux lecteurs que derrière chaque intervention que ce soit sur la programmation des émissions, la diffusion live, l’écriture des articles ou encore la mise au format podcast, nous sommes des « humains ».

0:00
0:00