En ce moment

Titre

Artiste


Antivaxs et Gilets Jaunes : Histoire d’amour ?

Écrit par sur 19/09/2021

Tous les samedis, un petit retour de l’ambiance des Gilets Jaunes (GJ) se fait clairement ressentir au sein des manifestations d’antivaxs. Si la question n’est pas le « ras-le-bol fiscal » (influencé par la bourgeoisie). Il existe une forme de ras-le-bol contre les normes issu du jacobinisme. La démarche était bornée « pass sanitaire », cela serait vite terminé.

Le fait de critiquer l’attestation vaccinale présuppose de critiquer de fond en comble la notion vaccinale. Également, le progrès s’en suit évidemment. Les GJ se positionnaient à l’époque sur un réflexe clairement poujadiste. Aujourd’hui, ces derniers se convertissent et se recyclent dans des théories obscures. Cela permet de renier l’ensemble du progrès que peut susciter la démarche. Ainsi, la récupération par l’extrême-droite devenait une évidence.

Le mouvement antivaxs s’inscrit dans une logique clairement boiteuse : refuser la maladie et refuser la prévention de la maladie sous des théories abstraites, obscures et complotistes. N’est-ce pas également les thèses relevées par la Galaxie QAnon ? Ceux qui ont tenté un coup d’Etat au Capitole (avec l’aide de Donald Trump). Ils représentent également le courant néoconservateur. De ce fait, ils s’inscrivent dans la logique de défendre de façon stricto sensu uniquement les lois qui leur conviennent.

Ensuite, ce dernier point laisse entrevoir le fait de soutenir les pires thèses eugénistes. La volonté ne peut que se traduire d’une manière ou d’une autre à la vision d’une guerre de tous contre tous. La question pointe également d’une certaine manière la notion même du malthusianisme et de ses dérives. Ainsi, dans les différents cortèges : la critique contre le QRCode laisse place à des positions antivaxs. On pourrait résumer cela à la branche new-age et sectaire que représente les antivaxs. La question des sanctions disciplinaires intervient où en désespoir de cause toutes les méthodes préventives auront été utilisées.

Le réflexe poujadiste des petits-commerçants lié entre autres au GJ se traduit par une volonté de faire différemment. Les « Jean Moulin 2.0 » en disent long. La phraséologie de la résistance vis-à-vis du nazisme reste omniprésente et cela se transcrit par un relativisme lié aux crimes des nazis. De ce fait, il semble nécessaire de voir qu’il y a une vision de la résistance de cette frange réactionnaire que l’on pourrait qualifier de libertarienne. Biberonné aux thèses ultralibérales : ils veulent uniquement d’une certaine façon : pomper les aides de l’Etat et de demander une baisse des dépenses de ce dernier. Ainsi, les résistants face à l’autoritarisme (qui dans ce cadre reste illusoire) laissent une autre forme d’autoritarisme que les GJ défendent : la propriété privée et les actionnaires.

Enfin, l’enjeu reste également d’une façon ou d’une autre de pouvoir revivre comme avant. Pour autant, ces derniers constituent une grande régression dans la vision d’approche de retrouver notre mode de vie. De ce fait, il advient de pouvoir se positionner contre la politique économique d’Emmanuel Macron. Toutefois, il semble nécessaire d’admettre la cohérence avec le pass sanitaire permet de voir une sortie de crise. En attendant, les antivaxs risquent de subir une cinquième vague. À partir de ce moment-là : la vaccination protégera les vaccinés et laissera le bouillon de culture que les poujadistes et les GJ défendront.


0:00
0:00