Grande-Synthe : les réfugiés évacués

Grande-Synthe : les réfugiés évacués
Le camp de Grande Synthe | France Info

Un des camps de Grande-Synthe a été récemment évacué. Il s’agissait principalement de Kurdes.

Après la montée en tension entre la Pologne et la Biélorussie, Emmanuel Macron poursuit sur sa lancée sécuritaire. En effet, à quelques mois de l’élection présidentielle : l’immigration cristallise la population afin d’agiter les peurs. 

Dans ce sens, le démantèlement du camp de Grande-Synthe soulève de nombreuses questions. Le progrès tant réclamé par la majorité présidentielle ne vient pas. Ainsi, dans un pays rabougri par la montée de l’extrême-droite, les « réfugiés » ont besoin d’une réponse concrète. Au niveau supranational, la question d’une gestion au sein de l’Union Européenne apparaît comme incertaine. Les mesures xénophobes s’accentuent. Dire que l’Europe n’est pas un Eldorado ne suffit pas à enrayer la crise liée aux réfugiés. L’externalisation de la gestion des réfugiés avec des pays ne respectant pas les critères en matière de droits fondamentaux comme la Turquie doit s’arrêter. Il apparaît nécessaire de refonder une autre politique portant en elle les valeurs de fraternité et d’Humanité.

À ce jour, aucune réelle politique structurelle n’est mise en avant. Après Calais, Grande-Synthe subit le harcèlement des forces de l’ordre. Sous le mandat d’Emmanuel Macron, la question de l’accueil des réfugiés s’est réalisée de façon ponctuelle. Or, il semble nécessaire de trouver une solution durable tout en ne reniant pas les valeurs de l’Union Européenne. Dès lors, il convient de souligner que ce démantèlement ne sera pas une « mise à l’abri », mais bien dans une optique de refouler ces derniers dans leurs pays d’origine quoi qu’il se passe à leur sortie.

Il apparaît fondamental de refonder un nouveau pacte en refusant l’ingérence de différents belligérants. En effet, l’autonomie de l’Union Européenne doit porter les valeurs humanistes. Cela sous-entend de clarifier ces dernières. Une autre Europe que celle des barbelés à sa frontière extérieure doit permettre de sortir du carcan « tout répressif ». Le protocole Dublin II n’a pas son avenir dans le cadre du réchauffement climatique. Le réchauffement climatique pousse de nombreuses à fuir leur pays. Les guerres poussent les réfugiés sur les chemins de la mort, mais aussi faute de valeurs fraternelles, il pousse lentement les politiciens à anéantir les valeurs fraternelles liées à la France, mais aussi dans le cadre de l’Union Européenne.

La situation à Grande-Synthe interroge sur ce que nous voulons. La nécessité d’ouvrir les frontières ne fera pas un appel d’air.

La supercherie de la théorie néonazie de Renaud Camus contamine les esprits et la population. Il n’y a pas de « grand remplacement ». Par contre, le fait que les médias dépendant des milliardaires augmentent la visibilité de ces théories en dit long sur la volonté de ces derniers de pactiser avec des terroristes près à mettre en place une nouvelle cagoule.

0:00
0:00