Rock | Cartouche – Zog Nit Keynmol

Rock | Cartouche – Zog Nit Keynmol

Seize ans se sont passé depuis l’enlèvement, la torture et autres actes de barbarie contre Ilan Halimi. Dans la période que nous traversons, la hausse de l’antisémitisme devient une véritable plaie soutenue par l’extrême-droite ethno-différentialiste. Le nationalisme ethnoreligieux souffle les braises de la haine afin de rallumer la flamme du séparatisme et du souvenir des pogroms jusqu’à la révision de l’Holocauste. Dans ces termes, le slogan « plus jamais ça » dans sa version traduite de « Never Again » sonne comme un cri d’alarme sur le fait d’éviter d’autres clairement d’autres génocides. Or, la volonté de créer une « assimilation » par la force des musulmans rappelle très bien la logique comme le disait Serge Klarsfeld dans une interview à Mediapart.

Dans ces moments, il convient de rappeler le « chant des partisans » en yiddish dans le cadre du ghetto de Vilnius. La reprise par Cartouche témoigne clairement et sciemment que la « lutte contre l’antisémitisme » devient nécessaire. En effet, Éric Zemmour comme Marine Le Pen tentent de policier un langage, mais il s’avait que le « dernier chemin » qu’ils leur restent à prendre s’enracine dans une volonté de dessouder la « Cinquième République » pour un régime totalitaire, comme les nazis ou les collaborationnistes ont fondé « le Troisième Reich » ou « l’Etat Français ».

Il convient de souligner de façon objective que la « chasse aux électeurs » tel des gibiers par les « candidats » témoigne également d’un discours plus ferme, plus dangereux et surtout dans l’air du temps. L’antisémitisme reste un élément pour ceux qui usent du « socialisme des imbéciles ». L’extrême-droite a beau calibré son programme afin de sous-tendre qu’elle a changé et qu’elle s’adresse aux classes populaires.

La chanson qui se termine dans ces mots : « C’est un peuple au milieu des murs effondrés qui le chante avec le revolver au poing ». Popularisé, elle reste un hymne à la résistance contre l’antisémitisme, contre l’extrême-droite au moment où cette dernière est banalisée par les médias et le gouvernement.


Vous pouvez utiliser, partager les articles et les traductions de Révolution et Libertés en précisant la source et en ajoutant un lien afin de respecter le travail. Pour toute information supplémentaire : revolutionetlibertes@gmail.com ou par téléphone au 07 65 77 22 08

0:00
0:00