Inflation | Rêve ou cauchemar ?

Inflation | Rêve ou cauchemar ?
L'inflation est soutenue à 3.9%, un début de cauchemar pour les différents néolibéraux

L’inflation est la mère des cauchemars du néolibéralisme et des différents acteurs de l’économie tout comme de la finance. En ayant injecté massivement de la monnaie dans le cadre d’une politique expansionniste visant à empêcher la déflation des deux bords de l’Atlantique, l’inflation revient à des taux inédits. Ainsi, les taux élevés se dessinent comme une volonté de dynamiser une économie mondiale. La spéculation au niveau des bourses sur certains marchés comme la cryptomonnaie ou les technologies laisse un goût amer pour les travailleurs. En effet, la folie qui en résulte d’une croissance importante laissera place à un renouvellement des taux directeurs.

J’entends dans les programmes des personnes soutenir qu’ils faillent « bloquer les prix » des différents produits de première nécessité. Je pense qu’il s’agit d’une erreur en macroéconomie. Les prix fluctuent en fonction de la « confiance » dans la monnaie. Loin sans faute, je ne pense pas être « hors-sol » vis-à-vis de ce que peuvent vivre les individus ? Je constate moi-même au travers de mon « portefeuille », les différentes conséquences au travers d’un panier en hausse.

Il se caractérise d’une certaine façon que l’inflation telle qu’elle est mise en place relève clairement d’une diminution du « pouvoir d’achat ». De cette sorte, la question de combattre l’inflation s’avère en substrat une bonne nouvelle pour les ménages. Cependant, une inflation faible risque surtout de créer une politique austéritaire qui fera saigner les « ménages ». Les apports en matière de « progrès » risquent d’être nul. Au contraire, cela ne risque que de soutenir une réalité glaçante, la baisse de l’inflation ne permettra pas d’augmenter les « salaires » ou simplement de façon marginale.

Le taux directeur permet de modifier l’inflation au travers d’une baisse de l’injection de la masse monétaire. Il stimule l’économie via des crédits, dont les taux d’intérêt restent relativement faibles. Or, une hausse du taux d’inflation génère immédiatement une hausse des taux de crédit. Pour redonner la confiance aux créanciers, les politiques structurelles visant à « libéraliser » et « à privatiser » l’économie demeurent fondamentales.

Dans le cadre d’une « forte » inflation, il permet de contrôler la masse monétaire en circulation. La question majeure réside dans le fait que la croissance actuelle est liée à une « conjoncture » favorable où l’épargne stimule l’économie. Ainsi, la notion d’une croissance « structurelle » et « durable » laisse place à une croissance « volatile ». Qu’est-ce qu’il va passer lorsque les banques centrales vont s’aligner pour s’attaquer au « monstre de l’inflation » ? La réalité va créer un cataclysme économique impactant rudement la population. De cette manière, l’ajustement structurel des marchés financiers va créer un « choc économique » entraînant une fois de plus vers le marasme et un « krach boursier ». Il s’avère que l’assainissement de l’économie entraîne nécessairement une diminution de l’inflation.

Dans ce cadre, les acteurs des différentes entreprises en bourse essayent et tentent d’éviter la « panique ». De telle sorte, ils s’inscrivent surtout dans le fait de sauver les « meubles » et les « profits ». Dans cette volonté, ils s’orientent vers une vision centrée sur la « mère des batailles » afin de retrouver un taux soutenable. L’ajustement structurel des différents marchés risque de faire décrocher de nombreux cours et c’est problématique.

Finalement, la volonté de « vengeance » des « ultralibéraux » ayant soif de vengeance au travers d’une « politique keynésienne » nous le diront au travers de ces mots : il faut baisser le coût du travail, les impôts productifs, l’impôt sur les sociétés, les taxes sauf la TVA, etc. À aucun moment, il ne s’agira d’induire le progrès, mais bien la « réaction ». Voilà où nous en sommes avec la recherche d’une inflation basse. Ainsi, nous pourrions dire : « Inflation trop basse, inflation du patronat ! ».


Vous pouvez utiliser, partager les articles et les traductions de Révolution et Libertés en précisant la source et en ajoutant un lien afin de respecter le travail. Pour toute information supplémentaire : revolutionetlibertes@gmail.com ou par téléphone au 07 65 77 22 08.

0:00
0:00