CAB n°14 | Une époque psychédélique

CAB n°14 | Une époque psychédélique
Photo by Jr Korpa on Unsplash

Nous vivons dans une « drôle d’époque » clairement psychédélique. L’inflation est élevée, les gens pestent contre l’inflation en osmose avec les néolibéraux. Cela est étonnant. De telles sortes, les personnes pestant contre la baisse du « pouvoir d’achat » ne militant pas contre la « hausse des salaires » deviennent des « idiots utiles » du capitalisme. Ainsi, il semble nécessaire de voir qu’au travers de cette dynamique, la vie devient paradoxale chez de nombreuses personnes.

Le « lumpenprolériat » (le sous-prolétariat – NDLR) votent pour l’extrême-droite au travers des discours simplistes. Le manque d’éducation, le manque d’instruction, le manque de connaissance vont clairement aboutir à une « vision psychédélique ». En effet, la dichotomie en dit long. Ainsi, il ne s’agit pas de reprendre la phraséologie mystique de « l’éveil », mais d’une réalité cruciale et nécessaire. De telles sortes, les « luttes sociétales » emboîtent le pas sur la « lutte des classes ». Dans cette dynamique, il convient de souligner que les différentes mesures s’enracinent clairement vers l’obscurantisme. Il faut dire que le mouvement des « gilets jaunes », c’est-à-dire un mouvement « petit-bourgeois » aura laissé une trace indélébile vers l’extrême-droite, le confusionnisme et le complotisme au travers des mesures patronales.

Nous allons vers un paradoxe où le « progrès » demeure invisible. Le « triomphe de l’anarchisme » laisse place au « triomphe du néolibéralisme » en tant que structure. Ainsi, le « maccarthysme » se développe de façon constante avec son antisémitisme et son racisme « intégral ». Il faut dire que la « gauche » donne des coups de poignard. La question de la vocation de vouloir « gouverner » laisse tendancieuse cette dynamique où il ne « faut plus de gouvernement ». En effet, je regardais les archives des photos des manifestations entre 2016 – 2017, je me rends compte que la « gauche de gouvernement » est incapable de créer un programme de rupture claire afin d’engager un mouvement vers le socialisme et le communisme. Au contraire, elle se transforme de façon constante comme la « social-démocratie » avec un accompagnement du capitalisme.

Il convient de souligner que la vision qui s’enracine en dit long sur notre vision. Nous sommes dans la société du spectacle. Et le monde psychédélique se concilie avec les différents mediums travaillant en sous-marins pour les différents candidats néo – ultralibéraux comme Emmanuel Macron, Valérie Pécresse, Marine Le Pen ou encore Éric Zemmour. L’opération de Bolloré en rachetant l’industrie du livre s’enracine dans cette dynamique pour faire triompher le « néopétainisme » afin d’en recueillir les dividendes.


Vous pouvez utiliser, partager les articles et les traductions de Révolution et Libertés en précisant la source et en ajoutant un lien afin de respecter le travail. Pour toute information supplémentaire : revolutionetlibertes@gmail.com ou par téléphone au 07 65 77 22 08.

0:00
0:00