Le retour de l’article 49-3, symbole du patronisme

Le retour de l’article 49-3, symbole du patronisme
Photo by Lisa Luminaire on Unsplash

L’usage de l’article 49-3 de la Constitution s’avère être celui mis en place pour un régime autoritaire notamment du patronisme. Dans ces circonstances, il convient de réaffirmer qu’un régime parlementaire ne devrait pas être agressé de cette sorte. Pendant que les patronistes dégainent la Constitution, ils abattent aussi le peu qu’il reste du parlementarisme.

Est-ce nouveau ? Est-ce récent ? Non, l’usage de cet article a toujours été utilisé pour contourner le Parlement. Loin sans faute, l’usage de l’article 49-3 se résume à limiter le débat parlementaire, cela a pour conséquence un effet immédiat : la fin du débat d’idées afin de passer en force. Autrement dit, l’autoritarisme comme pierre angulaire devient nécessaire pour liquider la sécurité sociale.

Ainsi, le PLFSS que les macronistes souhaitent faire voter au travers de l’article 49-3 afin de garder un texte à l’image de leur timonier guidant le patronisme, a été quasiment vidé des amendements de l’opposition majoritaire. Finalement, il reste un projet de loi assez douloureux pour les adeptes de la pensée complexe : les macronistes de Re(co)naissance ne disposent pas de la majorité absolue. Le drame de construire un texte équilibré au travers de trouver un statu quo afin d’avancer se résume à une vision autoritaire. Pendant que les constitutionnalistes argumentent que c’est légal, c’est-à-dire inscrit dans la constitution. Certes, mais la peine de mort était légal inscrit dans le droit commun. D’autres barbarismes étaient tout à fait légaux et conformes la constitution. Étonnant non ?

Autrement dit, nos valeureux députés reprennent une vieille ritournelle afin de défendre le légalisme loin de défendre le parlementarisme. C’est précisément ce qui différencie les adeptes d’un parlementarisme à ceux d’un présidentialisme. Deux systèmes de pensée différents se retrouvent au sein de la Constitution : les adeptes des ordonnances comme de l’article 49-3 et les démocrates en faveur du parlementarisme. En effet, l’idée même de la bestialité se fait clairement sentir.

Puis la qualité du niveau politique des députés choisis et triés par le président lui-même permet de voir le néant abyssal. Ce sont des soldats ayant pour mission de libéraliser l’économie tel un évangéliste au travers de christianisme. Toutefois, lorsqu’Emmanuel Macron était ministre sous le président de François Hollande l’usage de l’article 49-3 s’est fait sentir au moment où la majorité absolue se fissurait.

Je disais déjà en 2016 concernant la Loi Travail (Loi El-Khomri) :

En utilisant l’article 49-3 de la Constitution de la Constitution pour la troisième fois, la sémantique est affirmée : l’autorité, le conservatisme et la réaction. Ces trois mots définissent la politique du Premier ministre, qui représente une minorité très importante. Ici comme là-bas, les loups gris préfèrent l’autoritarisme passéiste à la liberté futuriste.

Les Français veulent savoir ce qu’il se passe au travers de leur démocratie. Le verbiage concernant à rejeter la faute sur l’opposition en dit long. Toutefois, c’est à l’image d’une pensée unique. Le “patronisme” utilise la démocratie comme d’un véhicule. Les macronistes voient la démocratie comme un support comme un autre. Or, les Français n’aiment pas l’autoritarisme. Ils le disent régulièrement dans les sondages. L’usage de l’article 49-3 est le symbole d’un aveu de faiblesses pour les macronistes.

Nous l’avons bien vu au travers du patronisme, l’idée de la méthode est à l’image de ce que véhicule le macronisme au travers d’un “pragmatisme” mais l’image se fissure. La macronie est incapable de gouverner sans montrer son autorité. Toutefois, il y a peu de chances que les motions de censure soient adoptées. En effet, le parti “Les Républicains” s’abstiendra pour renforcer le patronisme macroniste, vu qu’il est l’arbitre entre les macronistes et les lepénistes.

Dès lors, il semble rationnel de souligner que les incendiaires légalistes vont souffler sur les braises. Gare à l’incendie qui ne pourra être éteint !


Vous pouvez utiliser, partager les articles et les traductions de Révolution et Libertés en précisant la source et en ajoutant un lien afin de respecter le travail. Pour toute information supplémentaire : revolutionetlibertes@gmail.com ou par téléphone au 07 65 77 22 08.

0:00
0:00