En ce moment

Titre

Artiste


Flash Info du 13 juin 2021

Hier, c’était la marche pour les « libertés individuelles ». Dans un pays où montent les thèses de l’extrême-droite et des séditieux en uniforme, il semble utile de rappeler que le « fascisme » n’est pas une théorie abstraite, mais le retour d’un ensemble de corpus idéologique s’inscrivant dans une autre forme « d’universalité ». La rhétorique du fascisme est utilisée à toutes les sauces pour désigner des adversaires. Cependant, la montée des forces antirépublicaines et de l’extrême-droite interroge fondamentalement les partisans d’un progrès. En effet, l’extrême-droite a plusieurs vitrines légales et des vitrines plus obscures. Sous couvert d’une « républicanisation », la dissolution des groupuscules d’extrême-droite ne cache pas la réalité d’une dissolution qu’il aurait fallu faire il y a de cela une trentaine d’années : dissoudre le Front National, devenu Rassemblement National.

Dans le même temps, on s’interroge non pas sur le bien-fondé d’une telle manifestation, mais sur l’agitation au « fascisme ». En effet, la « peste brune » s’est enracinée durablement dans notre pays au point de gagner une grande partie de l’électorat à hauteur de 20 à 25 % alors qu’elle n’est que le bras armé du capital. Sous couvert d’un verni social se cachent dans les faits, les pires thèses ultralibérales. Nous ne faisons aucune illusion : l’extrême-droite a toujours été l’adversaire des mouvements prolétaires au travers d’une petite-bourgeoisie craignant son déclassement. De plus, la question, de la peur du « péril rouge » s’accompagne dans les faits par une vision romanesque de l’Histoire de la Nation. Le nationalisme devient dès lors un moteur afin de soutenir cette classe sociale profondément contre-révolutionnaire. Partout où l’extrême-droite progresse, les « libertés syndicales » reculent. Ne doutons pas un seul instant que le RN n’est que la soupape de secours du patronat actuellement le MEDEF.

En ce qu’il concerne, l’impôt minimum sur les entreprises à hauteur de 15 % obtenu par le G7 Finance, on peut dire d’une certaine manière qu’il s’agit de la part de macronerie pour baisser toujours plus l’impôt sur les sociétés et de ce fait baisser les recettes des différents pays.

Enfin, l’allié par alliance de Thierry Mariani à savoir Erdogan continue ses attaques contre les Kurdes en Irak. Le principal allié de Bakou reste silencieux, symbole d’une alliance entre les islamistes pan-turcs et les nationalistes français.



0:00
0:00